Angkor Wat

Visite du célèbre temple d’Angkor Wat à vélo

Les singes se prélassent autour des temples 'Angkor Wat

Les singes se prélassent autour des temples

Après avoir visiter le temple de Bayon le jour précédent, j’enfourche à nouveau mon vélo pour Angkor. Je compte visiter le plus fameux des temples, Angkor Wat. Il me faudra probablement braver les foules mais ce serait dommage de passer à côté. Cela fait longtemps que je voulais voir les temples d’Angkor. Un des films qui m’a motiver est In the Mood for Love de Wong Kar-Wai.

Après une longue ligne droite, la route se sépare en deux, encadrant un gigantesque lac carré, au milieu duquel trône Angkor Wat. Sur les rives du lac, on a le droit aux singes qui cherchent à chiper et quémander ce qu’ils peuvent quand ils ont décidé de ne plus faire la sieste. Il y a de nombreux petits restaurants en bord de route. Beaucoup d’habitants de Sieam Reap viennent y manger ou encore mieux pique-nique en famille sur les bord du lac. On ne pourrait pas faire cela à Versailles.
Près du pont, il y a une foule immense de touristes, guides plus ou moins officiels et vendeurs de toute sorte. Je gare ma bécane et m’engage sur l’édifice.

'Angkor Wat

'Angkor Wat

'Angkor Wat

'Angkor Wat

Il y a tellement de gens, ça parle dans toutes les langues. Après tout c’est un des monuments les plus connus au monde. Néanmoins en esquivant les groupes et en naviguant à vue; il n’y a pas vraiment de sens de la visite une fois l’enceinte passée, j’arrive à visiter tranquillement les bouts de cailloux et constructions qui ont résistés aux ravages du temps, des guerres et des pilleurs. Qu’il est bon de se poser sur une plateforme, quelque part dans les ruines, au frais, à l’ombre et de profiter des dernières heures de la journée.

'Angkor Wat

'Angkor Wat

'Angkor Wat

'Angkor Wat

'Angkor Wat

'Angkor Wat

'Angkor Wat

'Angkor Wat

'Angkor Wat

'Angkor Wat

Dernières heures avant la nuit

La nuit tombant peu à peu, les visiteurs se font plus rares. Alors que je me balade dans une aile désaffectée du temple, je rencontre deux moines bouddhistes cambodgiens et leur guide. L’un d’eux, parlant un peu anglais se met à papoter avec moi. Nous bavardons pendant une demi-heure à travers les ruines et sur le chemin du retour. Il me propose de venir visiter son monastère dans la semaine et l’école où il donne des cours. C’est d’accord, j’irai y faire un tour. En attendant, quelques kilomètres à vélo m’attendent au milieu du traffic touristique d’Angkor.

'Angkor Wat

One Response to “Angkor Wat

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *