Le monastère de Songzanlin

13898514388440

Le monastère de Songzanlin

À quelques kilomètres de Shangri-la, sur les hauteurs, à un peu moins de 3400m se dresse le monastère de Songzanlin. La lamaserie abrite plus de 700 moines, une véritable petite ville. C’est le plus important monastère du sud-ouest chinois. Depuis mon arrivée à Shangri-la la culture locale, voisine de la culture tibétaine est présente partout: dans l’architecture, la mode, les coutumes et les gens. Le monastère est également appelé « Le petit Potala », en raison de sa ressemblance avec le Potala de Lhassa, le fameux palais/monastère de la capitale tibétaine. Nous sommes ici à moins de 150Km de la frontière tibétaine. Ceci explique cela.

En route pour le monastère de Songzanlin

Depuis le centre ville de Shangri-la, un bus de ville m’emmène pour quelques centimes au monastère. Ou plutôt devant la billetterie officielle un grand et somptueux bâtiment fait pour accueillir plusieurs cars de touristes en quelques minutes. Une navette incluse dans le prix d’entrée m’emmènera au monastère un kilomètre plus loin. Il faut payer une quinzaine d’euros pour visiter, un prix qui a subit une forte inflation ces dernières années avec le développement du tourisme. Comparé au coût de la vie dans cette province, je me sens un peu comme un pigeon. Mais l’endroit vaut le coup d’oeil à ce qu’il paraît.
Malgré tout, il n’y a pas foule aujourd’hui. Tant mieux. La navette me dépose quelques kilomètres plus loin, au pied de la colline sur laquelle est construite la cité monastère. En face se trouve un petit lac.

monastere de Songzanlin

monastère de Songzanlin

monastère de Songzanlin

monastère de Songzanlin

La montée des marches

Je débute la visite du monastère de Songzanlin avec un couple d’allemands rencontrés un peu plus tôt dans la journée. Après avoir franchi les portes, nous voici dans la cité. Nous grimpons le large et monumental escalier permettant d’accéder aux différents temples et salles de prière du monastère.

Les portes du monastère de Songzanlin

Les portes de la lamaserie

le monastère de Songzanlin

le monastère de Songzanlin

L'escalier central du monastère de Songzanlin

L’escalier central

le monastère de Songzanlin

Un des nombreux temples du monastère de Songzanlin

Un des nombreux temples

le monastère de Songzanlin

le monastère de Songzanlin

Inversion des rôles

À l’intérieur des temples, les photos sont interdites. C’était également le cas dans la plupart des édifices religieux que j’ai pu visiter depuis le début de mon voyage.
En dehors, les appareils crépitent: non, il ne s’agit pas de touristes voulant posé avec un moine mais l’inverse. Un voyageur hollandais, avec des faux airs de Brad Pitt dans le film 7 ans au Tibet est la coqueluche des moines. Sa barbe mal taillée et son style vestimentaire lui donne une véritable apparence d’aventurier. Je discute avec lui, il est venu en surveillant les environs, esquivant la sécurité, grimpant un mur pour éviter de payer le ticket qui s’apparente selon lui à du racket de la part des autorités locales. D’où ses chaussures boueuses. Pourquoi pas après tout.
Le reste de visiteurs est surtout composé de moines bouddhistes. Ils sont venus visiter leur collègues et honorer les lieux saints de la région. Les moines portent la robe bouddhique pourpre traditionnelle mais deux choses attirent mon attention: les chaussures sont toujours des baskets, des nikes de préférence et à la main, il y a toujours un smartphone, de la marque à la pomme de préférence. Modernité et spiritualité.

le monastère de Songzanlin

le monastère de Songzanlin

le monastère de Songzanlin

le monastère de Songzanlin

Inversion des rôles

Inversion des rôles

Dans les temples, des bougies au beurre de yack parfument et éclairent les lieux. Des religieux et des civils se mettent à genoux, prient, chantent à l’unisson. Leurs chants résonnent dans chaque pièce. L’intérieur est richement décoré. Les peintures et mosaïques sont magnifiques, détaillées, colorées et précises. Des scènes de batailles et d’orgies entre démons, esprits et humains. Certaines fresques relatent la vie de moines devenus saints. La majorité de temples sont consacrés à une sainte nonne et son combat contre les passions et le mal.
Après une overdose de peintures multicolores et de soieries au milieu de statues bouddhiques, je redescends l’escalier central. Retour à Shangri-la.

le monastère de Songzanlin

5 Responses to “Le monastère de Songzanlin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *