Siam Reap

Siam Reap, la base d’exploration des temples d’Angkor

Arrivée au Cambodge

Après la Chine, le Cambodge est ma première étape en Asie du Sud-est. Pour obtenir mon visa chinois, je me devais d’avoir réserver mon vol aller et retour en Chine. Ce qui a dicter les grandes lignes de mon voyage depuis la Corée. Désormais, je peux aller où je veux sans être embêter par une histoire de visa.
Au Cambodge, j’atteris à Siam Reap. Je compte y passer une à deux semaines avant d’aller revoir des amis en Thaïlande pour un festival et ensuite en Malaisie.
Je suis sûr qu’il y a des millions de choses à voir dans ce pays et qu’il faudrait au moins deux mois pour y faire un vrai petit tour. Mais je ne compte pas trop rester en Asie du Sud-est. Etre toujours sur la route fatigue, nouveau langage, nouvelles coutumes, nouvelles habitudes, nouvelle monnaie et nouveaux prix, nouvelle cuisine, etc…
Je veux retrouver une ambiance comme sur la côte est de Taïwan: rester longtemps au même endroit, bien manger et surfer autant que possible. Je compe aller aux Philippines après le Cambodge, la Thaïlande et la Malaisie.

Siam Reap

Donc me voici à Siam Reap, la ville parfaite pour aller visiter les temples d’Angkor ainsi que les magnifiques villages sur pilotis du lac Tonlé Sap. Après avoir fait le trajet aéroport centre ville à l’arrière d’une mobylette, me voici dans une autre auberge de jeunesse. Dortoirs avec ventilateurs, une piscine, un bar et quelques hamacs dans le jardin pour un prix modique. Tout était si compliqué en Chine. Ici c’est le contraire. La région est tellement touristique. La moitié de la ville semble être peuplée de touriste. Et pourtant c’est la fin de la mousson. On a un peu d’avance sur la haute saison. L’anglais est parler partout, les indications sur la route sont également en anglais. On trouve des livres en français et en allemand dans toutes les boutiques. Tout est si facile. Étrangement, j’en viens à être nostalgique de mes difficultés en Chine.
La chaleur tropicale et l’humidité étouffante rendre l’atmosphère calme et relaxante. Les averses tombent quasiment à heure fixe chaque après-midi. Le centre ville est relativement petit. On peut se déplacer à pied.

Siam Reap

Le Cambodge est l’un des plus pauvres pays du monde et certainement bien placé niveau corruption. On utilise la monnaie locale pour les petits achats: le Riel. Au dessus de 4000 riels, on utilise le dollar américain. Manger coûte autour de 1$ dollar pour les repas simples, 3 a 5$ pour un très bon repas. La bière est à 1$. Le centre ville le soir s’anime autour de Pub Street. Les bars et restaurants sont remplis de touristes. Vu les prix des boissons, cela va de l’ambiance bonne enfant à la déchéance la plus totale. L’endroit le plus réputé chez les backpackers, c’est le bar Angkor What (prononcer le « whaaaaat??? » à ne pas confondre avec le temple Angkor Wat (« vat »).
Les premiers jours dans ce nouveau pays, je suis malade, un truc que j’ai attrapé en Chine et je boîte toujours depuis la randonnée des Gorges du Tigre. Je passe mon temps à l’hôtel à récupérer. Une fois rétabli, je profite enfin de l’ambiance festive avec les voyageurs que je rencontre à l’hôtel, ainsi que les temples:

  • Bayon
  • Angkor Wat
  • Et les autres
  • Siam Reap

    Ce soir, c'est jus de fruit frais... en mode gangsta Siam Reap

    Ce soir, c’est jus de fruit frais… en mode gangsta

    C'est quand même qu'une photo des pieds, non? Siam Reap

    C’est quand même qu’une photo des pieds, non?

    Siam Reap est l’exemple parfait des ravages du tourisme. Je voulais visiter le lac Tonlé Sap et ses villages flottants. Trop d’arnaques et pas assez de temps me dissuadent. Les prix sont délirants quand on connais le niveau de vie des habitants. La plupart vivent avec 1 à 2$ par jour. Si vous dépensez l’argent n’importe comment, vous risquer de créer de gros déséquilibres. Le tourisme rapporte de l’argent au pays mais il crée de nombreux problèmes. Les jeunes quittent la campagne pour travailler dans le tourisme car c’est moins fatiguant et plus rentable. Moins de nourriture est produite localement, il faut importer. Les prix grimpent avec le tourisme et entre temps, il y a beaucoup de main d’oeuvre en ville.
    Je ne vais payer 1$ pour chaque local qui s’exhibe avec un serpent, je ne prend pas de photos de zoo humain. Après un tour en bateau, généralement on vous force à acheter du riz et des sucreries à des prix surévalués pour les offrir ensuite à l’association du village devant des enfants. Il est probable que la nourriture achetée retourne aussitôt dans la boutique. Et il y a beaucoup de business autour de l’humanitaire et avec l’usage d’enfants. J’en parle dans cette article. La plupart des cambodgiens ne parlent pas très bien anglais et la plupart des relations avec eux se limitent à acheter/vendre des biens ou des services.

    Siam Reap Le grand lac de Tonlé Sap

    Le grand lac de Tonlé Sap

    Sokhom, moine à Siam Reap

    Je réponds à l’invitation de Sokhom, un moine que j’avais rencontré lors de ma visite à Angkor Wat. Arrivé au monastère, dans les environs du centre ville, on fini par m’indiquer sa cabane, une simple bâtisse en bois qu’il partage avec des chatons. Il m’offre le thé. Sokhom ne parle pas très bien anglais mais avec de la patience je fini par apprendre deux, trois choses sur sa vie et sur le Cambodge. Scénario classique pour lui, une fratrie de huit, il en fallait un qui devienne moine, c’est chose faite. Tout les matins, il va avec les autres moines quémander du riz dans le quartier. Réveil à l’aube avec des prières. En dehors des prières, il enseigne à l’école jouxtant le monastère. Malheureusement le moine supérieur qui s’en occupe est en voyage et revient quand j’aurais quitté le pays. Je ne pourrais pas visiter l’école comme prévu. On visite un peu les alentours. Puis je retourne en ville.
    Après une dizaine de jours, je prends un bus qui me conduit à Poi Pet, le poste frontière avec la Thaïlande. Un autre bus de l’autre côté et après une petite journée de bus et d’attente au poste frontière, me voici au Royaume de Thaïlande.

    Siam Reap Sokhom me présente son monastère

    Sokhom me présente son monastère

    Siam Reap

    Siam Reap

    Siam Reap

2 Responses to “Siam Reap

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *